mercredi 30 novembre 2011

Abeilles : SEC, une piste?

Le syndrome d'effondrement des colonies dont les abeilles sont victimes représente un défi pour la production alimentaire en raison du rôle particulièrement de la pollinisation. Nous avons déjà évoqué cette question dans plusieurs carnets. (Des robots abeilles bientôt sur le marché? L'abeille sentinelle de l'environnement)

Heli Havukeinen s'est intéressée lors de son doctorat aux molécules qui pourrait maintenir les abeilles en bonne santé. Parmi celles-ci, la vitellogenin semble jouer un rôle particulièrement important. Il semblerait que la longévité des abeilles soit corrélée au taux de vitellogenin. Cette molécule pourrait également affecter le comportement des abeilles, lequel est perturbé dans le syndrome d'effondrement des colonies. Ce chercheur pense que cette molécule pourrait également être un modérateur du système immunitaire et qu'elle réduise les effets du stress.

La vitellogenine intervient dans le transport du « gras » entre les tissus de stockage et de consommation des abeilles. Havukeinen utilise la métaphore du train pour évoquer sa structure composée de deux parties : une locomotive et des wagons qui transportent le « gras ». L'assemblage des deux parties est doté de propriétés fonctionnelles. Jusqu'à présent, les chercheurs étaient convaincus que la vitellogenine n'était qu'une molécule d'un seul tenant. Il apparaît que si l'assemblage est dysfonctionnel, le gras est bien pris en charge par les wagons, mais il n'est plus transporté faute de locomotive.

Il se pourrait bien que le maillon qui assure le lien entre la locomotive et les wagons soit fragilisé dans le SEC. Ce résultat est particulièrement intéressant puisqu'il permettrait d'étudier le rôle que pourraient jouer certains xénobiotiques dans la santé des abeilles. Havukeinen s'apprête d'ailleurs, à poursuivre ses investigations en recherchant les causes de la cassure du maillon.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les carnets du blog les plus consultés

Membres